< Torna alla pagina Itinéraires thématiques

Tours de nourriture et de vin

Tous les hommes mangent et boivent ; cependant, ceux qui apprécient les bonnes saveurs sont peu nombreux (Chung ung, texte chinois).

Nul doute que l’Aspromonte peut être considéré une « carte postale naturelle » de la Calabre.

C’est l’œil qui se nourrit en premier et qui nous dévoile la nature de ce qui nous entoure. Des paysages dociles comme une caresse, des terrains escarpés qui bousculent l’âme, une flore et une faune qui « s’abreuvent » dans les nombreuses eaux délicieuses qui jaillissent du massif, font de ce lieu non seulement une carte postale à admirer mais aussi une aventure à vivre et à savourer.

C’est de cette richesse que dérive une rosace d’éléments si nombreux qu’elle recouvre un vaste domaine culinaire qui touche aux différents secteurs de la gastronomie sous toutes ses formes.

Par exemple, partons des eaux avec lesquelles le « pesce stocco » (morue séchée) est préparé et qui est divinement cuisiné dans les localités de Mammola et Cittanova pour arriver aux nombreuses plantes aromatiques utilisées pour la distillation des liqueurs les plus renommées de la panoplie typiquement méridionale.

Il faut rappeler également les champignons de l’Aspromonte qui sont les protagonistes de certains des plats les plus célèbres et cotés du monde, ainsi que la touche, souvent décisive, de l’huile d’olive produite grâce aux nombreuses oliveraies du territoire.

Et comment ne pas souligner les viandes de l’Aspromonte, en partant du cochon noir avec ses multiples préparations, jusqu’aux pâturages de vaches qui fournissent un lait délicieux utilisé dans tous les fromages proposés par les différentes localités de l’Aspromonte.

Une place est à réserver également aux agrumes, avec des exemples uniques au monde comme la bergamote et aux différents cépages qui accompagnent joyeusement tant de repas de l’entrée jusqu’au dessert avec les vins de raisin sec.

Prononcer le mot Aspromonte signifie prononcer Calabre, mais si par hasard vous pensez que la Calabre « n’est pas une terre pour les pommes de terre », vous avez deux possibilités :  soit, vous vous procurez l’une des deux variétés de pomme de terre, la Bellina et la Spunta qui sont cultivées dans la zone, soit vous partez, avec votre sac à dos, constater si, comme l’a écrit Guido Piovene : « la Calabre semble avoir été créée par un Dieu capricieux qui, après avoir créé différents mondes, s’est amusé à les mélanger entre eux »

Emilio Lupis

L’Aspromonte est un carrefour de très anciennes traditions œnogastronomiques. En effet, l’on y produit de la charcuterie et des fromages, frais et affinés, puis encore des légumes frais et secs, des céréales, du miel, des pommes et des poires, des champignons, des châtaignes et enfin d’excellents vins, dont la production remonte à l’époque de la Grande Grèce, quand ces derniers appelèrent la Calabre Enotria, à savoir « la terre  du vin ».

La Bergamote : le château de Amendolea
Caciocavallo de Ciminà : Monte Tre Pizzi
Les légumes : les terrasses superposées de l’Aspromonte
Morue séchée de Mammola : le sentier des Grecs
La charcuterie et les fromages de l’Aspromonte : Cardeto
Sentier mycologique : Gambarie et alentours
Le Vin : de la côte ionienne à la côte tyrrhénienne