Comune di Roghudi

La particularité de ce bourg est qu’il est partagé en deux parties très éloignées l’une de l’autre. La première se trouve près de Melito Porto Salvo, la seconde dans les terres intérieures, sur les flancs méridionaux de l’Aspromonte, là où se dresse le bourg désormais abandonné de Roghudi Vecchio.
Perché sur les terrains escarpés et ébouleux d’une haute colline, entouré de deux cours d’eau qui se jettent dans le cours d’eau Amandolea, avec ses maisons disposées verticalement le long du sentier, Roghudi offre un panorama à couper le souffle. Tout aussi fascinante, l’anecdote liée aux gros clous qui sortent des murs des maisons : il semblerait que ces clous servaient à fixer des cordes liées aux chevilles des enfants pour éviter que ceux-ci, en jouant, ne tombent dans le précipice tout autour du bourg.
Grâce à sa position isolée, le bourg a pu conserver encore aujourd’hui son dialecte où l’on retrouve toutes les caractéristiques originales des idiomes néo-grecs. C’est justement pour cette raison que Roghudi constitue actuellement une zone ethnographique et folklorique recouvrant un intérêt important.
A visiter le hameau de Chorio, habité par des tailleurs et des tisseuses de genêts qui, à travers leurs ouvrages, redécouvrent les décorations ornementales typiques de la tradition gréco-latine.
A 4 km de Corio de Roghudi, se trouvent des formations géologiques naturelles, placées telles des gardiens de toute la vallée du bourg de l’ancienne colonie grecque, à savoir les soi-disant « chaudières du lait » et « le rocher du grec ».
La production de fromages de brebis y est importante. Parmi les plats typiques, le pot-au-feu de chèvre, la chèvre à la sauce tomate et les gâteaux de Noël à base de fruits.